sida medicament alcoolisme

Sida : Un remède assez particulier

D’après une étude, un médicament utilisé pour traiter l’alcoolisme, lorsqu’il est combiné à d’autres produits, peut permettre d’éliminer le virus du Sida.

Le disulfiram (appelé aussi Esperal, Antabuse…), un médicament servant à traiter l’alcoolisme, permettrait de ‘réveiller’ le virus dormant du Sida dans l’organisme. Ainsi, il sera possible de détruire le virus et les cellules qui le contiennent, sans produire d’effets secondaires. C’est ce qu’explique une étude publiée sur ‘The Lancet HIV’.

Aujourd’hui, un traitement antirétroviral, un mélange de médicaments classique appelé trithérapie, a la faculté de contrôler le VIH chez les personnes séropositives. Mais il n’est pas capable de supprimer complètement le virus. Celui-ci se cache dans l’organisme en état dormant. Cela le rend difficile à atteindre, et provoque aussi des difficultés dans l’élaboration d’un traitement favorisant la guérison. Il faut donc ‘réveiller’ le virus pour pouvoir s’en débarrasser.

D’abord réveiller le virus

Mais le fait de ‘réveiller’ le virus n’est que la première phase de l’élimination. Une fois que c’est fait, il faut trouver un moyen pour éliminer les cellules touchées.

Il existe aussi d’autres médicaments qui permettent d’atteindre le réservoir de VIH. Toutefois, soit ils sont inefficaces, soit ils sont toxiques. Au cours d’un essai clinique entamé dans l’Institut Doherty de Melbourne, 30 individus suivant des traitements antirétroviraux ont bénéficié de doses croissantes de disulfiram pendant 3 jours. Lorsque la dose est élevée, on a pu stimuler le VIH dormant sans provoquer d’effets indésirables pour les patients.

D’après les auteurs de l’étude, cet essai montre que le disulfiram n’a aucun effet néfaste sur l’organisme, et il pourrait permettre de traiter le SIDA. La prochaine étape consiste à associer ce médicament avec d’autres qui ciblent le virus.

Toujours insuffisant

Mais malgré cela, les résultats sont encore insuffisants, expliquent les auteurs de l’étude. Ils ajoutent qu’on est encore loin de trouver une solution efficace pour une guérison totale de personnes séropositives.

Faisant 34 millions de morts jusqu’à maintenant, le VIH reste encore une des maladies les plus graves actuellement. En 2014, l’OMS a affirmé que 36.9 millions d’individus étaient touchés par le VIH.